Conseil Epargne

assurance auto, assurance vie, assurance moto, assurance habitation, ...

Quelle assurance pour les conducteurs dits à risque ?

Du point de vue de l’assureur, la couverture d’un conducteur à risque est plus coûteuse en termes d’indemnisation de sinistre. Dans les faits, l’assureur se base sur les statistiques et/ou l’expérience pratique. Bien que le jugement de l’assureur ne soit pas infaillible, reconnaissons qu’il a des arguments qui tiennent la route. Des arguments que le législateur considère plus ou moins implicitement, dans certains cas. Alors, plus la probabilité de la survenue d’un sinistre est élevée, plus l’assuré concerné est considéré comme à risque : le jeune conducteur, les mauvais payeurs, les collectionneurs de malus, entre autres.

Avec Internet, les conducteurs à risque ne sont plus des parias

Internet est le moyen le plus pratique pour dénicher des devis assurance auto qui correspondent le mieux à ses besoins et à sa situation personnelle. D’ailleurs, une simulation permet toujours de créer un véritable profil individualisé de l’assuré. Les informations avec lesquelles l’on remplit le formulaire online déterminent ce profil. Ce dernier sera la base à partir de laquelle un comparateur online dénichera les devis auto susceptibles d’y être compatibles. Eh bien, on peut dire que la chance sourit aux conducteurs à risque. Ils n’ont pas besoin de faire jouer la concurrence puisque les offres correspondant à leur situation pullulent (assurance jeune conducteur, assurance mauvais payeurs, assurance pour malussés, etc.). Bien évidemment, la facture d’assurance d’un assuré à risque est plus salée qu’un assuré « classique », en plus de conditions corsées (restrictions et exclusions de garantie, entre autres). Rendez-vous sur https://www.axa.fr/assurance-auto.html pour plus d’infos sur ce chapitre.

La couverture de l’assuré à risque n’est pas toujours optimale

La qualité d’une couverture se vérifie concrètement lorsque survient un sinistre, surtout si le montant est assez conséquent. On peut quand même appréhender si une couverture est optimale ou non à travers les conditionnalités exigées par le contrat d’assurance auto. La surprime qui frappe de plein fouet le jeune conducteur en est une illustration bien connue. Avec une surprime de 100 % par rapport à la prime de référence, difficile pour un jeune conducteur de se permettre de souscrire de nombreuses garanties facultatives. Avec un budget serré, le jeune conducteur n’a d’autre choix que de se résoudre au strict minimum légal (responsabilité civile) et pratique (vol et incendie, surtout quand on vit à Marseille ou à Paris). Les mauvais payeurs, eux, sont minés par des franchises exorbitantes. Dans le cas d’une franchise simple, si le montant du dégât est inférieur celui de la franchise, l’assuré prend tout en charge.